Holotrichia
Accueil > Melolonthinae > Afrique > Rhizotrogini Holotrichia

Le genre Holotrichia Hope comprend 122 espèces réparties en région orientale et dans le sud-est de la région paléarctique. Seulement 3 espèces ( ?) se retrouvent en région afrotropicale. Le taxon intersa décrit sous le genre Ancylonycha par Quedenfeldt appartient bien au genre Holotrichia (sensu lato). Par contre les taxons senegalensis et carmelita, en l’absence de l’examen des types, ne peuvent être formellement classés parmi celui-ci.


Diagnose. – Corps peu allongé, élargi ; aspect assez massif. Dessus du corps à revêtement pileux, souvent très court ; d’un aspect souvent pruineux. Clypéus transverse, peu allongé. Sillon clypéo-frontal fin. Front sans carène transverse. Antennes de 10 articles. Massue antennaire courte de 3 articles. Labre bien bilobé. Pronotum transverse ; marge antérieure rebordée, ciliée, sans bande membraneuse ; côtés crénelés. Suture élytrale bien rebordée. Côtes élytrales souvent marquées. Ponctuation élytrale plus forte que celle du pronotum. Pygidium pas plus long que large. Métasternum avec une dense pilosité. Abdomen bien bombé, peu pileux ; les ventrites bien soudés en leur milieu. Protibia tridenté ; présence d’un éperon interne. Protarse peu allongé. Griffes des tarses avec un denticule interne. Métatibia allongé, élargi à l’apex ; éperons apicaux souvent inégaux.


3 espèces

 Holotrichia Hope, 1837 : 100.

 Holotrichia Kirby ; Burmeister, 1855 : 310 (syn. de Ancylonycha Dejean).

 Holotrichia Hope ; Lacordaire, 1856 : 285 (syn. de Ancylonycha Dejean).

 Holotrichia Hope ; Gemminger & Harold, 1869 : 1165 (syn. de Lachnosterna Hope).

 Holotrichia Hope ; Smetana & Kral, in Löbl & Smetana, 2006 : 218.

Holotrichia Hope ; Lacroix, 2010 : 205.


  Espèce type : Melolontha serrata Fabricius, 1792 (Inde).


Holotrichia intersa (Quedenfeldt, 1884)

 Ancylonycha intersa Quedenfeldt, 1884 : 313 (Quango, Angola, mâle).

 Lepidiota intersa Quedf. ; Brenske, 1892a : 39.

 Lepidiota intersa Quedenf. ; Dalla Torre, 1912 : 171 (Quango).

 Lepidiota intersa (Quedenfeldt) ; Ferreira, 1965 : 1222 (Angola : Cuango).

 Holotrichia intersa (Quedenfeldt) ; Nouvelle combinaison.

 Type au MNHN, Paris (ex coll. Quedenfeldt). Holotype mâle (17 mm) avec les étiquettes suivantes : Ex Musaeo Quedenfeldt (i) // Type (rouge) (i) // Ancylonycha intersa Qug Qdf (m) // Holotrichia intersa (Qued.), J. Decelle det. 1966 (m). Edéage disséqué et monté sur paillette.

 Diagnose. – Taille : 17-21 mm. Corps court, ovalaire. Dessus brun châtaigne, à pilosité écailleuse fine et courte. Dent basale du protibia très courte. Griffes courtes avec un petit denticule basal.

 Distribution. – CENTRAFRIQUE : Boukoko (03°54’N 17°56’E, 10-II-1970, 1 mâle, M. Boulard, MNHN ; 22/III/1970, La Maboke, 5-XI-1978, 1 mâle et 1 femelle, coll. M. Lacroix).

RPC (Brazzaville) : Dimonika, Mayombe (04°13’S 12°26’E, XII-1996, 3 mâles, coll. M. Lacroix). ANGOLA : Quango (Cuango) (Holotype mâle, coll. Quedenfeldt, MNHN).

 Discussion. – L’exemplaire type de Quedenfeldt, conservé au MNHN, a été étiqueté par J. Decelle comme appartenant au genre Holotrichia. Cet exemplaire a été comparé à d’autres exemplaires préservés au MNHN et dans la collection M. Lacroix. L’examen de tous ces individus permet de confirmer l’appartenance de ce taxon au genre Holotrichia Hope (sensu lato). Toutefois, certaines différences dans les caractères, pourraient faire envisager son appartenance à un genre nouveau endémique à la région afrotropicale et voisin du genre Holotrichia (sensu stricto), qui ne serait alors pas présent dans cette région, ce qui paraît tout à fait logique. Cette étude complexe dépasse le cadre de ce « Genera » du fait de la reprise des caractères du complexe « Holotrichia » afin de vérifier si ce groupe de 340 espèces est vraiment monophylétique.


Holotrichia senegalensis (Nonfried, 1892)

 Lachnosterna senegalensis Nonfried, 1892 : 106 (Senegalia).

 Holotrichia senegalensis Nonfried ; Dalla Torre, 1912 : 206 (Senegal).

 Diagnose. – Taille : 20 mm. Dessus brun châtaigne brillant, bien ponctué. Clypéus fortement ponctué à bord antérieur sinué. Ponctuation du pronotum dense et forte. Ecusson arrondi, lisse. Elytres faiblement striés, à ponctuation fine et non ciliés. Pygidium glabre. Eperon du protibia allongé.

 Type au MNHU, Berlin ( ?). Senegalia.

Holotrichia carmelita (Quedenfeldt, 1888)

 Ancylonycha carmelita Quedenfeldt, 1888 : 170.

Holotrichia carmelita Quedenf. ; Dalla Torre, 1912 : 201 (Centralafrika).

 Type au MNHN ( ?) (non retrouvé). Taille : 18 mm.

 Discussion. – Espèce récoltée lors de l’expédition du Lieutenant Wissmann au Kasai de 1883 à 1886. Quedenfeldt indique que cette espèce est proche du taxon intersa décrit par lui-même en 1884. La description de cet auteur pourrait faire penser à une espèce appartenant au genre Holotrichia.


Incertae sedis

Rhizotrogus schimperi (Blanchard, 1850)

 Amphimallus Schimperi Blanchard, 1850 : 144 (du voyage de M. Schimper).

 Rhizotrogus Schimperi Blanchard ; Burmeister, 1855 : 396 (non vu).

 Rhizotrogus Schimperi Blanch. ; Gemminger & Harold, 1869 : 1178 (Abyssinia).

 Rhizotrogus schimperi Blanchard ; Dalla Torre, 1912 : 234 (Abessinien).

 Diagnose. – Taille : 8 mm. Dessus d’un brun de poix, faiblement pileux. Clypéus court, à ponctuation serrée et bord antérieur peu sinué. Pronotum à ponctuation rugueuse, avec de longs cils latéraux. Elytres à pilosité rare et courte. Protibia tridenté. Ventrites peu pileux.

 Type au MNHN, Paris (non retrouvé). Sans doute nomen dubium.

 Distribution. – ABYSSINIE (M. Schimper).

 Discussion. – L’absence de type ne permet pas de confirmer l’appartenance de cette espèce à un genre bien défini. La petite taille indiquée semble l’écarter des Rhizotrogini et le rapprocher d’un Pachydeminae ou d’un Sericidae.

Rhizotrogus truncatifrons Bertoloni, 1849

 Rhisotrogus (sic) truncatifrons Bertoloni, 1849 : 37, T2 (f6a, f6b), Inhambane.

R. truncatifrons Bertoloni ; Lacordaire, 1856 : 284 (Rhizotrogus ?).

Rhizotrogus truncatifrons ; Gemminger & Harold, 1869 : 1178 (Mozambique).

Rhizotrogus truncatifrons Bertoloni ; Dalla Torre, 1912 : 235 (Mozambique).

 Type. – ( ?), sans doute disparu.

 Discussion. – Repris de l’ouvrage de Lacroix, 2007 : 328 (Pachydeminae du Monde) : «  En 1849 (page 37), Bertoloni décrit Rhisotrogus (sic) truncatifrons d’après deux exemplaires (mâle et femelle) récoltés à Inhambane (Mozambique) en 1842. La diagnose en latin de cet auteur permet de rapprocher cette espèce de Cyclomera castanea Klug, 1855, taxon récolté lui aussi à Inhambane. Les caractères indiqués par Bertoloni et qui permettent de distinguer ce taxon sont les suivants : corps brun châtaigne ; taille de 18 mm ; avant-corps pileux ; clypéus à bord antérieur arrondi et disque pileux ; yeux forts ; massue antennaire de 3 articles ; protibia tridenté ; fémur ovalaire ; métatibia dilaté à l’apex ; tarses longs ; femelle plus forte que le mâle.

Le mâle et la femelle sont figurés en couleur sur une planche (T : II, fig. 6A, femelle et fig. 6B, mâle).

Ces exemplaires ont été récoltés par Carlo Antonio Fornasini, botaniste naturaliste bolognais (né en 1802) ayant prospecté dans la région de Inhambane à partir de l’année 1839.

Rhisotrogus truncatifrons Bertoloni, 1849, pourrait avoir priorité sur Cyclomera castanea Klug, 1855. Toutefois, en l’absence d’exemplaire ayant servi à Bertoloni pour sa description et qui pourrait préciser la position exacte de ce taxon, Rhisotrogus truncatifrons reste un nomen dubium.

Cette espèce est citée par Lacordaire (1856 : 284) qui indique (au sein du genre Rhizotrogus) : « Une espèce de Mozambique a été décrite par M. Bertoloni (Illustr. rer. Mozamb.) sous le nom de R. truncatifrons ; mais appartient-elle bien au genre actuel ? ».

Cette espèce est également citée sous le genre Rhizotrogus par Gemminger & Harold (1869 : 1178) et par Dalla Torre (1912 : 235) ».

Holotrichia intersa