Hoplochelus
Accueil > Melolonthinae > Madagascar > Rhizotrogini Hoplochelus

12 espèces

  Description.- Taille: 13 à 25 mm. De forme allongée, paral­lèle ou plus globuleuse, élargie vers l'apex élytral, à coloris variant du jaune paille au brun foncé. Pubescence variable, squamuleuse ou pileuse sur le dessus, jamais squamuleuse en dessous du corps ni sur les pattes.
Clypéus plus large que le front, étroit, débordant sur les yeux, à bord antérieur non échancré, peu sinueux et côtés lar­gement arrondis. Labre bilobé et garni de longs poils. Suture clypéo-frontale fine. Front élevé avec souvent présence d'une carène frontale quelquefois peu marquée, quel­quefois tranchante. Antennes de dix articles à massue de trois, pas plus longue ou plus longue (groupe de lebisi) chez le mâle que les articles 2 à 7 réunis.
Pronotum cilié et marginé sur les côtés, à bord antérieur avec un fin bourrelet ; angles antérieurs peu saillants; base non rebordée au moins au milieu. Ecusson de forme triangulaire, élargi à la base, à angle apical ouvert.
Elytres convexes, sans stries marquées, à suture quelquefois saillante, à pubescence plus ou moins longue, à calus en géné­ral non marqués.
Propygidium sans sillon longitudinal médian. Pygidium à base plus large que sa longueur, à apex largement arrondi ou tron­qué, à pilosité abondante à l'apex.
Métasternum à villosité blanchâtre. Pas d'apophyse mésosternale. Ventrites à suture effacée au milieu, à surface bombée, à pilo­sité peu abondante.
Protibias antérieurs tridentés, à dent basale faible, à éperon terminal bien développé. Griffes des tarses soit nor­males à dents séparées soit sans dent médiane et dent apicale fendue. Tibias médians et postérieurs avec une carène transversale médiane. Eperons des métatibias presque égaux.
Paramères symétriques, massifs et non allongés.

  Caractères sexuels secondaires.- Les femelles ont les éperons des tibias postérieurs élargis et plus incurvés, l'apex des tibias élargi ; les fémurs postérieurs plus trapus et portant une rangée de soies dures chez certaines espèces. La forme du corps est plus trapue. L'apex élytral présente chez certaines espèces une plage dénudée et brillante.

 Hoplochelus Blanchard, 1851 : 152.

 Hoplochelus Blanch.; Burmeister,1855 : 317 (synonyme de Ancylony­cha).

 Hoplochelus Blanch. ; Lacordaire, 1856 : 281,283 (synonyme de Rhi­zotrogus).

 Hoplochelus Blanch. ; Kolbe, 1894 : 568.

 Hoplochelus ; Arrow, 1948b : 26 (synonyme de Lachnosterna).

 Hoplochelus Blanch. ; Dewailly, 1950 : 288.
 
Hoplochelus Blanchard ; Lacroix, 1989 : 176.

 Enarioida Fairmaire, 1903a : 25.

 Enarioidea Fairm. ; Dalla Torre, 1912 : 248.

 Enariodea Fairm. ; Dewailly, 1950 : 289 (synonymie avec Hoplochelus).
 
Enariodea Fairmaire ; Lacroix, 1989 : 176 (synonyme de Hoplochelus).

 Espèce type du genre : Hoplochelus rhizotrogoides Blanchard, seule espèce citée par Blanchard et non piligera Blanchard dé­crit par lui comme un Empecta (p. 153) et citée par erreur par Dewailly comme "génotype".


Historique.– Genre créé en 1851 par Blanchard pour l'espèce rhizotrogoides. Burmeister, 1855, classe parmi les Ancylonycha Hoplochelus rizotrogoides (sic) Blanchard. Lacordaire en 1856 ne reconnaît pas non plus le genre Hoplochelus et place l'espèce rhizotrogoides parmi les Rhizotrogus dans la section des Amphimallus (dix articles aux antennes). Arrow (1948b: 54) proposait de regrouper sous le nom de Lachnosterna Hope les genres asiatiques Holotrichia Hope, Brahmina Blanchard et Hoplochelus Blanchard de Madagascar.


Liste des espèces :

1 - tenuepunctatus Fairmaire, 1903.

       = Enarioida villigera Fairmaire, 1903.

2 - textilipennis  (Fairmaire, 1903).

3 - lepidus Lacroix, 1989.

4 - betanimena (Künckel, 1887).

       = Empecta pruinosa Fairmaire, 1899.

5 - primoti Dewailly, 1950.

6 - rhizotrogoides Blanchard, 1851.

       = Schizonicha ova (sic) Coquerel, 1851.

7 - lebisi Dewailly, 1950.

8 - peyrierasi Lacroix, 1989.

9 - marginalis (Fairmaire, 1889).

       = Empecta nudiplaga Fairmaire, 1898.

10- piliger (Blanchard, 1851).

       = Ancylonycha obesa Burmeister, 1855.

11- vadoni Dewailly, 1950.

12- obliteratus Lacroix, 1989.

Incertae sedis :

- Empecta semirufa Fairmaire, 1884.


Répartition géographique.– Le genre Hoplochelus est endémique à Madagascar avec une espèce importée à la Réunion. Les espèces se répartissent principalement dans la partie orientale de la Grande Ile.

H. vadoni

H. lebisis

1.  Griffes des tarses fendues à leur extrémité ; pilosité du pronotum double (soies dressées et poils fins couchés) ; couleur jaune paille ; petite taille (13-14 mm) ......... 1. tenuepunctatus
-   
Griffes normales avec une dent médiane ; pilosité du pronotum simple .......... 2

2.  Pilosité du dessus squamuleuse ; pilosité des élytres double (squamules et soies dressées) ........................................... 3
-   Pilosité du dessus faite de poils fins ; pilosité des élytres simple ........................ 4

3.  Bord antérieur du clypéus arrondi ; ponctuation du front granuleuse ; dessus noir, petite taille (15mm) ; des soies dures seulement à la base des élytres ..... 3.  lepidus
-   Bord antérieur du clypéus droit ; ponctuation du front non granuleuse ; des soies dures à la base, le long de la suture et à l'apex des élytres ; aspect grisâtre ; taille plus grande (18-20 mm) ............. 2. textilipennis

4.  Marge antérieure du pronotum ciliée ; calus huméral lisse; carène frontale tranchante ; griffes avec dent médiane rapprochée de l'apicale ; petite taille (14-16 mm) .................................. 6. rhizotrogoides
-   Marge antérieure du pronotum non ciliée ; calus huméral ponctué ; carène non tranchante ; griffes avec dent médiane séparée ; plus grande taille (17 à 25 mm) ......................................... 5

5.  Pilosité du dessus longue et dressée (fig. 479) ; massue antennaire plus longue que les articles 2 à 7 réunis .............................. 6
-   Pilosité du dessus courte et couchée ; massue antennaire moins longue que les articles 2 à 7 réunis ............................................. 7

6.  Ponctuation de l'écusson fine, espacée ; pilosité faible sur le pygidium et les sternites .............................. 8. peyrierasi
-   Ponctuation de l'écusson forte, confluente formant des rides ; pilosité plus forte sur le pygidium et les sternites ...................................... 7..  lebisi

7.  Bord antérieur du pronotum échancré ........ 8
-   Bord antérieur du pronotum non échancré .... 9

8.  Ecusson lisse, glabre ; pygidium glabre, fortement tronqué à l'apex ; avant-corps rougeâtre ....................... 4. betanimena
-   
Ecusson ponctué ; deux dépressions de chaque côté de la suture, sous l'écusson ... 5. primoti

9.  Ponctuation du front granuleuse ; pygidium à pilosité longue, carène frontale bien marquée ............................... 9.  marginalis
-   Front non granuleux ; pygidium à pilosité très courte ........................................... 10

10. Ecusson imponctué et glabre ; pilosité du pronotum presque invisible, celle des élytres minuscule ...................... 10. obliteratus
-   
Ecusson ponctué ; pilosité des élytres assez longue .................................. 11

11. Pilosité du pronotum analogue à celle des élytres ; pilosité élytrale constante dans sa longueur ; ponctuation du front dense et régulière ; ponctuation du pronotum forte, celle des élytres fine .................... 11. piliger
-   Pilosité du pronotum beaucoup plus courte que celle des élytres ; pilosité élytrale devenant plus longue vers l'apex ; ponctuation du front irrégulièrement répartie ; celle du pronotum identique à celle des élytres ........................................ 12.  vadoni

   H. betanimena                   –                H. marginalis

        H. piliger                           -        H. tenuepunctatus

       H. rhizotrogoides              -             H. textilipennis

1. Hoplochelus tenuepunctatus  Fairmaire


 Hoplochelus tenuepunctatus Fairmaire,1903b : 196.

 Hoplochelus tenuepunctatus Fairm. ; Dalla Torre,1912 : 164.

 Hoplochelus tenuepunctatus Fairm. ; Dewailly, 1950 : 292.
 
Hoplochelus tenuepunctatus Fairmaire ; Lacroix, 1989 : 183 (désignation du lectotype).

 Enarioida villigera Fairmaire, 1903a : 25.

 Enarioidea (sic) villigera Fairm. ; Dalla Torre, 1912 : 248.

 Enariodea (sic) villigera Fairm. ; Dewailly, 1950 : 292 (mise en synonymie).
 
Enarioida villigera Fairmaire ; Lacroix, 1989 : 185 (synonyme, désignation du lectotype).

 Types.– tenuepunctatus mâle (14 mm). Madag., Perrier / Hoplochelus te­nuepunctat. Fm. Madag. / Type. MNHN.

 villigera. LECTOTYPE mâle (14 mm). Ankirihitra, Perrier / Enarioida villigera, Fm, Madag. / Muséum Paris, Madagascar, coll. Léon Fairmaire, 1906 / Type. MNHN.

Distribution dans l'île.– MADAGASCAR OUEST : Ankirihitra (Perrier, coll. Léon Fairmaire, 1906, 6 ex.).– Suberbieville [Maevatanana] (H. Perrier, 1 mâle).

Nombre d'exemplaires examinés : 7.


2. Hoplochelus textilipennis  (Fairmaire)


 Encya textilipennis Fairmaire, 1903a : 21.

 Enaria textilipennis Fairm. ; Dalla Torre, 1912 : 160.

 Hoplochelus textilipennis Fairm. ; Dewailly, 1950 : 295.
 
Hoplochelus textilipennis (Fairmaire) ; Lacroix, 1989 : 186 (désignation du lectotype).

 Type.– LECTOTYPE mâle ( 19 mm). Plateau de l'Androy, région d'Ambovombe / Encya tex­tilipennis, Fm. Madag. / Muséum Paris, Madagascar, coll. Léon Fairmaire, 1906 / Type. MNHN.

   Distribution dans l'île.– MADAGASCAR EST : Env. de Fort Dauphin (P. Godel, E.R. Wagner, 1914, 1 fe­melle).

  MADAGASCAR SUD : Ifotaka, Amboasary (III-57, R.J.E, 2 mâles).– Ambovombe (type), (Dr. J. Decorse, 1901, 1 mâle, 1 femelle, Dr. J. Decorse, XI-1900, 1 femelle).– Pays Androy, sud (Alluaud, 1900, 2 mâles).– Bas Mandrare, riv. Mananara, Behara (Dr. J. Decorse, XI-1899, 1 mâle).

  Nombre d'exemplaires examinés : 7 mâles, 2 femelles.


3. Hoplochelus lepidus Lacroix


 Hoplochelus lepidus Lacroix, 1989 : 188.

Type.– Holotype mâle (15 mm). Madagascar Sud, Beloha, Ambovombe, 175m, 20-II-58, P. Griveaud. MNHN.

  Distribution dans l'île.– MADAGASCAR SUD :Ambovombe, Beloha, 175 m (P. Griveaud, 2O-II-1958, 1 mâle).


4. Hoplochelus betanimena (Künckel)


 Empecta betanimena Künckel, 1887 : pl. 16, fig. 6.

 Empecta betaminea (sic) Künckel ; Dalla Torre, 1912 : 168.

 Empecta betanimena Künck. ; Alluaud, 1900 : 267 (synonyme de Hoplochelus marginalis Fairm.).

 Empecta betaminea (sic) Kunck. ; Dewailly, 1950 : 293 (mise en synonymie avec Hoplochelus pruinosa Fairm.).

Empecta betanimena (Künckel) ; Lacroix, 1989 : 191 (désignation du lectotype).

Empecta betanimena (Künckel) ; Randriamanantsoa & al., 2010 : 38 (larve), 43 (nymphe).
 
Empecta pruinosa Fairmaire, 1899c : 16.

 Empecta pruinosa Fairm. ; Alluaud, 1900 : 266.

 Empecta pruinosa Fairm. ; Dalla Torre, 1912 : 168.

 Empecta pruinosa Fairm. ; Dewailly, 1950 : 293.
Empecta pruinosa Fairmaire ; Lacroix, 1989 : 191 (synonymie avec betanimena, désignation du lectotype).

 Types.– betanimena. LECTOTYPE mâle (18 mm). Empecta Betanimena, Künck. (étiquette manuscrite) / Muséum Paris. MNHN.

  pruinosa. LECTOTYPE mâle (18 mm). Empecta pruinosa. Fm. n. sp. Madag. / Muséum Pa­ris, Madagascar, coll. Léon Fairmaire, 1906 / Type. MNHN.

   Distribution dans l'île.– MADAGASCAR EST : Moramanga (Gruvel, 1957, 1 ex.).

   MADAGASCAR CENTRE : Tananarive (Waterlot, 1913, 1915, 4 ex., Jobil, 1 ex., Fauvel, coll. Fairmaire, 1 ex.).– Tananarive-Tsimbazaza (P. Viette, XI-54, 2 ex.).– Antsirabe (Waterlot, 1916, 4 ex.).– Ambositra (II, coll. Sicard, 1930, 3 ex.).– Fianarantsoa (Shaw, 1 ex.).– Centre-sud (Alluaud, 1903, coll. Sicard, 1930, 1 ex.).

   Sans localité : 16 ex.

   Nombre d'exemplaires examinés : 34.


5. Hoplochelus primoti  Dewailly


 Hoplochelus Primoti Dewailly, 1950 : 296.
 Hoplochelus primoti Dewailly ; Lacroix, 1989 : 193.

 Type.– Holotype mâle (19 mm). Madagascar, Vohilava, coll. J. Primot / Hoplochelus primoti, n. sp. Ph. Dewailly det / Type. MNHN.

   Distribution dans l'île.–  MADAGASCAR EST : Vohilava (J. Primot, 1 mâle).


6. Hoplochelus rhizotrogoides  Blanchard


 Hoplochelus rhizotrogoides Blanchard, 1851 : 152.

 Ancylonycha Rizotrogoides Blanch. ; Burmeister, 1855 : 318.

 Hoplochelus rhizotrogoides Blanch. ; Gemminger & Harold, 1869 : 1165.

 Hoplochelus rhizotrogoides ; Künckel, 1887 : pl. 11, fig. 11.

 Hoplochelus rhizotrogoides Blanch. ; Alluaud, 1900 : 267.

 Hoplochelus rhizotrogoides Blanch. ; Dalla Torre, 1912 : 164.

 Hoplochelus rhizotrogoides Blanch. ; Dewailly, 1950 : 290.
 
Hoplochelus rhizotrogoides Blanchard ; Lacroix, 1989 : 195.

 Schizonicha ova (sic) Coquerel, 1851 : 88.

 Schizonycha ova Coquerel ; Gemminger & Harold, 1869 : 1159.

 Schizonycha hova Coq. ; Alluaud, 1900 : 262.

 Schizonicha hova (sic) Coq. ; Dewailly, 1950 : 290 (mise en synonymie).
 
Schizonycha ova Coquerel ; Lacroix, 1989 : 195 (synonyme, désignation du lectotype).

 Types.– rhizotrogoides. Holotype femelle (14 mm) sans abdomen. H. rhizotrogoides, BL, Nossi bé, Madagascar, Mr Cloué (étiquette bleue manuscrite) / 40-47 (étiquette verte, ronde) / Type / Muséum Paris, Madagascar, Nossi bé, Cloué, 1847. MNHN.

  ova. LECTOTYPE mâle (16 mm). Schizonycha hova, Coquerel, Madag, Coquerel (éti­quette manuscrite bleue pâle) / oplochelus Rhizotrogoides Bl. (étiquette manuscrite) / Collection Castelnau. MNHN.

   Distribution dans l'île.– MADAGASCAR NORD : Sakaramy (Alluaud, 1 ex.) .– Montagne d'Ambre (Drouhard, 1934, 4 ex.).– Vohémar (3 ex.).– 37 km au S. de Vohémar, forêt d'Analalava, 25 m (P. Viette & P. Griveaud, 10/18-XII-68).

   MADAGASCAR SAMBIRANO : Nosy Be (Cloué, 1847, type + 4 ex., Joly, 1900, 2 ex., Séjourné, 1932, 2 ex., coll. Vinson, 1 ex.,  XI-56, 1 ex.).– Nosy Be, forêt de Lokobe (A. Robinson, XII-58, 1 ex.).– Nosy Be, Hellville.– Ambodimadiro (1 ex.).– Ile de Bérafia (1934, 12 ex.).

   MADAGASCAR EST : Sambava (Vadon, nombreux ex.).– Antalaha (Vadon, 1936, 28 ex.).

MADAGASCAR CENTRE : Tsaratanana (29 ex.).– Mandritsara (2 ex.).

   MADAGASCAR OUEST : Maromandia, prov. d'Analalava (Decary, 1923, 3 ex.).– Basse Anjingo, district d'Antsohihy (J. Descar­pentries, 1900, 1 ex.).

   Nombre d'exemplaires examinés : 122.

   Biologie.– Espèce attaquant la canne à sucre depuis les an­nées 1930. Les adultes apparaissent en masse pendant une courte période (entre septembre et novembre). Les pontes se font dans le sol à la base des cannes d'octobre à février. Les larves attaquent les racines et occasionnent le jaunissement des plantes, infestant à peu près 20 % de celles-ci (Frappa, 1935).


7. Hoplochelus lebisi Dewailly


Hoplochelus Lebisi Dewailly, 1950 : 298.
Hoplochelus lebisi Dewailly ; Lacroix, 1989 : 198.

 Type.– Holotype mâle (20 mm). Madagascar, Périnet, XII-32 / Type / Hoplochelus lebisi, n.sp. Ph. Dewailly det. MNHN.

   Distribution dans l'île.– MADAGASCAR EST : Périnet (3 ex.).– Ankasoka,route de Lakato (XII-56, E.R. 1 ex., R. Viossat, 1-VIII-1972, 3 mâles, 2 femelles).– Route d'Anosibe, Sandrangato (nombreux ex.).

   Nombre d'exemplaires examinés : 12 mâles, 13 femelles.


8. Hoplochelus peyrierasi  Lacroix


 Hoplochelus peyrierasi Lacroix, 1989 : 200.

Type.– Holotype mâle (19 mm). Madagascar Est, massif du Marojejy (réserve nat. intégr. 12), 600m, 9/12-XII-1972, A. Peyrieras. MNHN.

   Distribution dans l'île.– MADAGASCAR EST : Massif du Marojejy (XII-1972, A. Peyrieras, 5 mâles et une femelle allotype : 21 mm).

Nombre d'exemplaires examinés : 6.


9. Hoplochelus marginalis  (Fairmaire)


 Empecta marginalis Fairmaire, 1889 : VII.

 Empecta marginalis Fairmaire ; Fairmaire, 1899 : 15.

 Hoplochelus marginalis Fairm. ; Alluaud, 1900 : 267.

 Empecta marginalis Fairm. ; Dalla Torre, 1912 : 168.

 Hoplochelus marginalis Fairm. ; Dewailly, 1950 : 292.
 
Hoplochelus marginalis (Fairmaire) ; Lacroix, 1989 : 202 (désignation du lectotype).

 Empecta nudiplaga Fairmaire, 1898 : 227.

 Empecta nudiplaga Fairm. ; Alluaud, 1900 : 265.

 Empecta nudiplaga Fairm. ; Dalla Torre, 1912 : 168.

 Empecta nudiplaga Fairm. ; Dewailly, 1950 : 292 (mise en synony­mie).
 
Empecta nudiplaga Fairmaire ; Lacroix, 1989 : 204 (synonyme, désignation du lectotype).

 Types.– marginalis. LECTOTYPE mâle (18 mm). Empecta marginalis, Fairm, Madag., (étiquette manuscrite) / Muséum Paris, Madagascar, coll. Léon Fairmaire, 1906 / Type. MNHN.

 nudiplaga. LECTOTYPE femelle (17 mm). Empecta nudiplaga, Fm, n. sp, Madag. (éti­quette manuscrite) / Muséum Paris, Madagascar, Suberbieville, coll. Léon Fair­maire, 1906 / Type. MNHN.

   Distribution dans l'île.– MADAGASCAR NORD : Diégo-Suarez (Légion étrangère, 1903, 1 ex., coll. Fair­maire, 1 ex.).– Montagne d'Ambre, les Roussettes, 1000 m (XI-58, P. Viette, 2 ex.).– Forêt d'Ambre (Cervoni, 1907, 1 ex.).– Montagne d'Ambre (E. Drouard, 1932, coll. Sicard, 1930, nombr. ex.).–  37 km au S. de Vohémar, forêt d'Analalava, 25 m (XII-68, P. Viette & P. Griveaud).

   MADAGASCAR SAMBIRANO : Nord-Est de Maromandia, base du Manongarivo, Beraty (P. Griveaud, XII-1960, 3 ex.).

   MADAGASCAR EST : Sambava (Vadon, XII-1950, 1 ex.).– Prov. d'Antalaha, Maromandia (R. Decary, 1923, 1 ex.).– Baie d'Antongil (A. Mocquerys, 1897, 1 ex.).– Antongil sud (A. Mocquerys, 1897, 3 ex.).– Région de Soanierana (Descarpentries, 1907, 3 ex., Mathiaux, 1905, 6 ex.).– Fénérive (Genot, 1904, 3 ex.).– Ambatondrazaka, Andilamena (J. Elie, 3 ex.).– Andranomalaza, Ambatovositra (XII-56, P. Soga, 3 ex.) .– Tamatave (2 ex.).– entre Tamatave et Andevo­rante (Mathiaux, 1901, 2 ex.).– Lakato, Moramanga (Vadon, XI-1950, 1 ex.).– Moramanga (Gruvel, 1957, 1 ex.).– Vondrozo, forêt de Madiorana (A. Peyrieras, XII-75, 2 ex.).– Forêt nord de Fort-Dauphin (Alluaud, 1900, 5 ex.).

   MADAGASCAR CENTRE : Tsaratanana (R.P.R. Heydel, 1930, 1 ex.).– Mandritsara, Amboaboa (Vadon, XI-35, 1 ex.).– Tananarive  (coll. Oberthür, 6 ex., Waterlot, 1915, 7 ex., Lasère, 1931, 1 ex.).– Tananarive-Tsimbazaza (P. Viette, XI-54, 2 ex.).– Région d'Ambositra (Descarpentries, 1907, 1 ex.) .– Betsileo (1 ex.).–  Fianarantsoa (Grandidier, 3 ex., J. Elie, I-58, 1 ex.).

   MADAGASCAR OUEST : Suberbieville [Maevatanana] (Perrier, 3 ex.).– Maevatanana (Decorse, 1899, 1 ex.).

   Répartition géographique.– Madagascar, La Réunion. Espèce importée depuis peu à la Réunion, semble s'être très bien implantée dans l'Ile et est devenue un parasite des planta­tions de canne à sucre. La Réunion :  Le Port (XI-1985, B. Vercambre, XII-1988) ; Saint-Paul, 1985, sans autres indications (Lacroix, 1989) ; Saint-Joseph, 1 ex. 26-XI-2003, attiré par les lumières (J. Poussereau leg.) ; Le Tampon (600 m), 9 ex. 19-XII-1998, attirés par les lumières (J. Poussereau leg.).(C. Guillermet dét.) ; Le Tampon (800 m), 1 ex. 14-XII-2003 et 3 ex. 20-XII-2007, attirés par les lumières (J. Poussereau leg.) ; Le Tampon (400 m), 1 ex. 19-XII-2005, attiré par les lumières (J. Poussereau leg.).

   Nombre d'exemplaires examinés :  577.

   Biologie.– Espèce s'attaquant à la canne à sucre. Originaire de Madagascar où il est endémique, le ver blanc de la canne à sucre a été introduit à la Réunion dans les années 1970. Identifié pour la première fois en 1981, le ver blanc de la canne à sucre a progressivement envahi tout le territoire réunionnais, à la faveur de conditions favorables. A la Réunion, les populations de vers blancs de la canne à sucre sont aujourd’hui maîtrisées.

La larve vit enfouie dans la terre du mois de mars jusqu'au mois d'août. A ce stade, la larve (40 à 50 mm) est très vorace, grâce à ces puissantes mandibules, elle mange les racines des plantes afin de constituer des réserves de graisses. C'est à ce stade qu'elle cause des dégâts dans les cultures.

Les adultes (15 à 20 mm) sortent de terre quelques jours après les premières pluies de novembre - décembre. Après s'être accouplés, ils volent pendant près d'une heure (entre 18h30 et 20h30) et parcourent deux à trois kilomètres. Une fois tombées au sol, les femelles s'enfoncent dans la terre pour y pondre leurs oeufs. Durant cette période, ils ne s'alimentent pas.

L'introduction en 1988 du champignon entomopathogène Beauveria brongniartii à La Réunion a permis la réduction progressive des populations du ver blanc Hoplochelus marginalis, sous son seuil de nuisibilité économique. Néanmoins, des signes de résurgence localisée du ravageur ont incité les organismes de recherche et de développement à lancer de nouvelles études. Depuis 2001, un plan de surveillance a été élaboré afin de mesurer l'efficacité de la lutte phytosanitaire.

La lutte contre le ver blanc est obligatoire et s’effectue par l’emploi du bétel seul, depuis 2005.
Le bétel est un champignon (Beauvéria) présenté sous forme de granulés d’argile et développant des toxines mortelles pour le ver blanc.


10. Hoplochelus obliteratus Lacroix


 Hoplochelus obliteratus Lacroix, 1989 : 208.

Type.– Holotype mâle (21 mm). Madagascar Est, district Sambava, Marojejy, Ambinanitelo, 500m, XII-1958, Raharizonina. MNHN.

  Distribution dans l'île.– MADAGASCAR EST : Région de Sambava, massif du Marojejy, Ambinanitelo, 500 m (XII-58, Raharizonina).


11. Hoplochelus piliger (Blanchard)


 Empecta piligera Blanchard, 1851 : 153.

 Empecta piligera Blanch. ; Lacordaire, 1856 : 278.

 Empecta piligera Blanch. ; Gemminger & Harold, 1869 : 1162.

 Empecta piligera ; Kûnckel, 1887 : pl. 10, fig. 7.

 Empecta piligera ; Brenske, 1891 : 98.

 Hoplochelus piliger Blanch. ; Alluaud, 1900 : 267 (synonyme de H. obesus Burm.).

 Hoplochelus piligera Blanch. ; Dalla Torre, 1912 : 163.

 Hoplochelus piligera Bl. ; Dewailly, 1950 : 291.
 
Hoplochelus piliger (Blanchard) ; Lacroix, 1989 : 208 (désignation du lectotype).

 Ancylonycha obesa Burmeister, 1855 : 317 (mâle, femelle).

 Hoplochelus obesus Burm. ; Gemminger & Harold, 1869 : 1165.

 Hoplochelus obesus Burm. ; Dalla Torre, 1912 : 163 (mise en synony­mie).
 
Hoplochelus obesus (Burmeister) ; Lacroix, 1989 : 209 (synonyme).

 Types.– piliger. LECTOTYPE mâle (20 mm). 4177.94 (étiquette ronde) / Empecta piligera (étiquette manuscrite) / Muséum Paris, Ma­dag, Goudot / Type. MNHN.

 obesa. Le spécimen support de ce nom n'a pas été retrouvé.

   Distribution dans l'île.– MADAGASCAR SAMBIRANO : Contreforts du Tsaratanana, haut Sambirano, vallée de la Besanetrikely, 1100 m ( 9/12-XII-1963, P. Viette, 1 ex.).

   MADAGASCAR EST : Région de Sambava, massif du Marojejy, Ambinanitelo, 500 m (XII-58, Rahari­zonina, 1 ex.).– Massif du Marojejy, rés. nat. intégr. 12 (2 ex.).– Baie d'Antongil (coll. Oberthür, 3 ex.).– Ambodivoangy (1 ex.).– Antongil sud (Mocquerys, 1897, 2 ex.).– Région de Mananara Nord, mont Antampona (Vadon & Peyrieras 2 ex.).– Ile Ste Marie de Madagascar (3 ex.).– Région de Soanierana (Mathiaux, 1905, 1 ex.).– Route d'Anosibe, Sandrangato (8 ex.).– Périnet (2 ex.).– Région de Mananjary (Mathiaux, 1 ex.).– Vohilava, 60 m, vallée du Faraony (Catala, 1934, 2 ex.).– Befotaka (1 ex.).

   MADAGASCAR CENTRE : Canton de Tsarafidy, forêt d'Amboasary (Griveaud, 1961).–  Ambohimahasoa, forêt de Tsarafidy, 1450 m (XII-59, Griveaud, 1 ex.).

   Nombre d'exemplaires examinés : 49.


12. Hoplochelus vadoni Dewailly


 Hoplochelus Vadoni Dewailly, 1950 : 297.
 Hoplochelus vadoni Dewailly ; Lacroix, 1989 : 212.

 Type.– Holotype mâle (23 mm). Hoplochelus vadoni, n. sp. Ph. Dewailly det. / Madagascar, Périnet, XII-32 / Type. MNHN.

   Distribution dans l'île.– MADAGASCAR EST : Forêt d'Antsianaka (Humblot, 1888, 2 ex.).– Périnet.– Ankasoka, route de Lakato (Viossat, 1-VIII-1972).– Est de Moramanga (Gruvel, 1957, 4 ex.).– Route d'Anosibe, Sandrangato (10 ex.).

   Nombre d'exemplaires examinés : 19.


Espèce  incertae sedis

Empecta semirufa Fairmaire


 Empecta semirufa Fairmaire, 1884a : 274.

 Empecta semirufa Fairm. ; Fairmaire, 1899c : 17 (comparaison avec E. pruinosa n.sp.).

 Hoplochelus semirufa Fairm. ; Alluaud, 1900 : 267.

 Empecta semirufa Fairm. ; Dalla Torre, 1912 : 168.

 semirufa Fairm. : Dewailly, 1950 : 293 (mise en synonymie avec H. pruinosa Fairm.).
 
Empecta semirufa Fairmaire ; Lacroix, 1989 : 214 (incertae sedis).

 Type.– Malgré toutes les recherches le type n'a pu être re­trouvé. Trois exemplaires du MNHU sont étiquetés comme étant des semirufa :

- 11378 / Madag., Goud. / Zool. Mus. Berlin.

- Madagaskar / Empecta semirufa, Fairm. det. Brenske (éti­quette manuscrite de Brenske) / Zool. Mus. Berlin.

- Empecta semirufa, Madag., A. Barg. (étiquette manuscrite) / Zool. Mus. Berlin.

   Ces trois exemplaires sont tout à fait identiques à des Ho­plochelus betanimena Künckel. En l'absence du type portant une étiquette manuscrite de la main de Fairmaire, il est impossible de dire si H. betanimena et E. semirufa sont synonymes ou non ( dans l'affirmative semirufa aurait priorité sur betanimena ).