neopegylis
Accueil > Melolonthinae > Afrique > Pegylini

1 espèce

Neopegylis Lacroix, 2015 : 41.
(Le Coléoptériste, 18 (1)
Etymologie : du grec
neos : jeune, nouveau
Espèce type :
Neopegylis jolyi Lacroix, 2015

Discussion. – Le genre Neopegylis se distingue des autres genres de Pegylini par les caractères suivants : sillon clypéo-frontal très peu visible ; labre très court, légèrement sinué en son milieu ; antennes de 10 articles ; massue antennaire de 3 articles plus longs que le funicule ; propygidium sans sillon médian ; pas d’apophyse mésosternale ; protibia bidenté ; pas d’éperon interne ; côté interne du protibia présentant une forte et large apophyse ; griffes inégales, l’interne présentant un denticule situé près de la base, l’externe inerme ; profémur denticulé sur son bord antérieur ; marge antérieure du pronotum sans bande membraneuse sur les côtés, ciliée ; ventrites sans dépression médiane chez le mâle .

Ce genre est tout à fait remarquable au sein des Pegylini et même des Melolonthinae par la forme bien particulière du protibia et par le profémur présentant des denticules.


Neopegylis jolyi Lacroix, 2015

Type au IRSNB, Bruxelles. Holotype mâle (16 mm) avec les étiquettes suivantes : Coll. I.R.Sc.N.B., Gabon, Ngounie Pr., Mbigou, 15.XI.2006, 695 m., I.G. 31. 593 (bleue, imprimée) // Neopegylis n. gen., M. Lacroix det. 2014 (imprimée blanche) // Neopegylis jolyi n. sp., Holotype, M. Lacroix det., 2014 (imprimée, blanche) // Holotype (imprimée, rouge). Edéage disséqué et collé sur paillette.

Cinq paratypes mâles avec la même étiquette de localisation. Neopegylis n. gen., M. Lacroix det. 2014 (imprimée blanche) // Neopegylis jolyi n. sp., Paratype, M. Lacroix det., 2014 (imprimée, blanche) // Paratype (imprimée, rouge). In IRSNB (4 ex.) et collection M. Lacroix (1 ex.).

Etymologie : espèce dédiée à Claude Joly, donateur à l’IRSNB de cette série.

Description. – Taille : 15-17 mm. Corps peu allongé à dessus brun foncé brillant, revêtu d’une forte pilosité écailleuse.

Clypéus à bord antérieur bien arrondi et côtés prolongeant cet arrondi. Sillon clypéo-frontal non distinct. Toute la tête à forte ponctuation serrée et râpeuse et à pilosité écailleuse jaunâtre dense. Canthus oculaire fin, bien pileux. Yeux forts. Dernier article des palpes maxillaires allongé, fusiforme, légèrement excavé sur le dessus. Labre très aplati, légèrement sinué en son milieu. Articles antennaires III à V courts et subégaux ; le VI plus court, le VII très court, sans apophyse. Massue 1,5 fois plus longue que le funicule.

Pronotum bien transverse à côtés arrondis en partie postérieure et plus droits, convergents en partie antérieure, non crénelés, non ciliés ; angles antérieurs non saillants ; bord antérieur avec une bande membraneuse au milieu et légèrement cilié sur les côtés ; disque convexe, à ponctuation profonde, serrée mais laissant des plages lisses ; pilosité écailleuse jaunâtre dense sur les parties ponctuées. Ecusson bien ponctué, avec une petite plage lisse au centre et à pilosité écailleuse dense.

Elytres d’un brun foncé avec toutefois des plages plus claires vers la suture et son bord antérieur. Suture élytrale bien rebordée ; pas de traces de côtes ; calus huméraux peu marqués ; calus apicaux non marqués. Ponctuation irrégulière, profonde, formant un système riduleux prononcé. Ecaillure dense sur les côtés et formant des plaques sur le disque. Apex élytral aplati, légèrement rentré.

Pygidium entièrement ponctué, à pilosité fine, régulière et courte. Métasternum à dense pilosité fauve, allongée. Ventrites à pilosité fine, courte, régulière.

Protibia à dent basale très peu marquée ; l’apicale courte et légèrement courbée ; le côté interne fortement élargi dans sa partie antérieure. Protarse un peu plus long que le protibia, à article I légèrement plus long que le II, les II à IV courts et égaux. Griffes du protarse égales, courtes et courbées ; l’interne avec un denticule fin vers sa base, l’externe sans denticule. Profémur denticulé sus son bord antérieur, l’un des denticules plus fort. Mésotibia fin, sans carène transverse, à éperons terminaux courts et fins. Métafémur allongé, non dilaté, sans denticules. Métatibia assez allongé, étroit, non élargi à l’apex, sans carène médiane transverse. Eperons apicaux courts et subégaux. Métatarse assez allongé, à article I pas plus long ou plus court que le II. Griffes du méso et métatarse présentant le même aspect que celles du protarse.

Edéage à paramères égaux, courbes, fins et légèrement spatulés à l’apex.

Femelle inconnue.

Distribution. – GABON : Province de Ngounié, Mbigou, 695 m, 01°54’07.40S 11°54’22.62E (15-XI-2006, 6 mâles : IRSNB, 5 ex. ; coll. M. Lacroix, 1 ex.).

Mbigou est une petite ville qui se situe dans la province de Ngounié au sud du Gabon, dans une région assez difficile d’accès, surtout en saison des pluies. Cette région est célèbre pour ses carrières de pierres que travaillent les artisans de Libreville pour en faire des statuettes et autres objets d’art.


Figures 5-10. Neopegylis jolyi : 5, paramères en vues dorsale et latérale ; 6, forme du labre ; 7, griffes du protarse droit ; 8, protibia droit ; 9, profémur gauche, vue ventrale ; 10, apex du métatibia droit. Echelles = 1 mm.


Références : Lacroix Marc, 2015, Deuxième contribution à la connaissance des Melolonthinae afro-tropicaux. Le Coléoptériste, 18 (10) : 41-45, 15 fig.