Europtron
Accueil > Pachydeminae > Genera > paléo-oriental

 Description. – Petites espèces de 5 à 7 mm, allongées, convexes, à dessus brillant. Dessus du corps brun jaune ou brun foncé, non pileux.

 Clypéus peu allongé à bords relevés, assez régulièrement arrondi, sans denticules, à disque pileux chez atlanticum. Sillon clypéo-frontal présent (confusum) ou incomplet (gracile). Clypéus et front sur le même plan. Antennes de 10 articles ; funicule court à articles courts ; massue courte, globuleuse, de 5 articles égaux. Labre petit, étroit, conique, peu apparent. Canthus oculaire présent, très court. Yeux assez forts. Front non pileux. Pas de carènes clypéo-frontale ou frontale. Dernier article des palpes maxillaires allongé, non élargi ou dilaté, non (gracile) ou légèrement excavé (confusum) sur le dessus.

 Pronotum transverse, entièrement rebordé, à marge antérieure sans ourlet membraneux ; côtés ciliés. Elytres à stries faibles ou nulles, à apex arrondi. Pygidium petit, court. Métasternum et ventrites peu pileux.

 Tous les tarses allongés, à articles simples, cylindriques, jamais aplatis, sans touffes de soies en dessous. Griffes longues, simples, non dentées sur la face inférieure ni incisées à l’apex. Protibia bidenté (atlanticum) ou tridenté, la dent basale, si présente, faible ou bien distincte. Eperon interne du protibia inséré au niveau de la dent médiane. Eperons des mésotibias inégaux. Métafémur court, élargi. Métatibia court, élargi à l’apex, avec une carène transverse médiane. Eperons des métatibias non dilatés, inégaux. Métatarse très long chez gracile, plus court chez confusum. Premier article du métatarse pas plus long que le II.

 Dimorphisme sexuel prononcé comme chez les Pachydema.


3 espèces

Europtron Marseul, 1867 : 81.

Europtron Mars. ; Reitter, 1902 : 96.

Europtron Mars. ; Dalla Torre, 1913 : 302.

Europtron Mars. ; Winkler, 1929 : 1095.

Europtron Mars. ; Balthasar, 1929 : 41.

Europtron Marseul ; Baguena, 1967 : 326.

Europtron Marseul ; Baraud, 1977 : 283.

Europtron Marseul ; Baraud, 1979a : 309.

Europtron Marseul ; Baraud, 1985 : 394.

Europtron Marseul ; Baraud, 1992 : 569.

Europtron Marseul ; Bezdĕk, Král, Keith & Lacroix, 1999 : 396.

Europtron Marseul ; Král & Smetana, 2006 : 201.
Europtron Marseul ; Lacroix, 2007 : 38.

Espèce type : Europtron gracile Marseul, 1867 (monotypie).


Discussion. – Le genre Europtron comprend, après la révision de Bezdĕk & al., trois espèces. Deux espèces, gracile et confusum, sont des éléments typiquement sahariens, confinés aux dunes de sable à faible végétation avec une activité nocturne. La troisième espèce, atlanticum, est un élément des dunes atlantiques, proches de l’océan, avec une activité diurne. Elle semble être endémique à cette région comme Pachydema emflusi Escalera.


Caractères

atlanticum

gracile

confusum

Coloris du dessus

avant-corps plus foncé

uni, testacé

avant-corps plus foncé

Côtés du clypéus

moins relevé

bien relevés

bien relevés

Ponctuation clypéus

présente partout

absente au milieu

plus rare au milieu

Bord antérieur clypéus

bien arrondi

ogival, pointu au milieu

bien arrondi

Front

arrondi

coudé en son milieu

arrondi

Bords pronotum

fortement ciliés

non ciliés

non ciliés

Marge pronotum

finement rebordée

finement rebordée

fortement rebordée

Angles ant. pronotum

mousses

aigus

mousses

Disque pronotum excavé

non

oui

non

Sillon médian pronotum

non

non

oui

Côtés post. pronotum

plus droits

plus arrondis

plus droits

Ecusson

aussi large que long

étroit, plus long

aussi large que long

Protibia

dent basale obsolète

tridenté

tridenté

Dents du protibia

fines

fines

fortes

Dent basale protibia

absente

faible

prononcée

Carène médiane métatibia

droite, régulière

droite, régulière

oblique, denticulée

Eperon mésotibia

fortement inégaux

subégaux

fortement inégaux

Suture élytrale

non rebordée

faiblement rebordée

bien rebordée

Paramères

trés étroits

élargis, apex pointu

élargis, apex arrondi

Distribution

Maroc

Algérie

Algérie

Europtron atlanticum Bezdĕk, Král, Keith & Lacroix, 1999 : 399.

=  Europtron gracile Marseul ; Ahrens & Zorn, 1996 : 11-17 (Maroc : S. Agadir).

Europtron atlanticum Bezdĕk, Král, Keith & Lacroix ; Král & Smetana, 2006 : 201.
Europtron atlanticum Bezdĕk, Král, Keith & Lacroix ; Lacroix, 2007 : 39.
Type au MNHN, Paris. Holotype mâle (7 mm) avec les étiquettes suivantes :  Morocco 1997, Aglou plage, 7.5.[19]97, 15 km N. of Tiznit, Batelka et Podrouzkova lgt. // Europtron atlanticum sp. n., Holotypus. 26 paratypes dont 2 au MNHN, Paris.

Localisation des paratypes : MNHN (2), collection Bezdek (4), collection Zorn, Dresden (4), collection Král, Prague (4), collection Batelka, Prague (5), NMPC (2), MHNG (2), collection Keith, Chartres (1), collection Ahrens, Dresden (1), collection Rejsek (1).
Distribution. – MAROC : Essaouira (Mogador, Petrovitz, Muséum de Genève, 1 mâle) ; Aglou plage (holotype et 19 paratypes) à 15 km au nord de Tiznit ; Sidi Rbat/Qued Massa à 50 km au sud d’Agadir (5 paratypes) ; sud-ouest de Massa (2 paratypes).

Discussion. – Les spécimens de Sidi Rbat ont été capturés en zone dunaire sur de la végétation basse en fleur, en début d’après-midi. Ils étaient très actifs. Certains spécimens de Tiznit ont été pris en vol au dessus des dunes aux alentours de midi. D’autres ont été récoltés l’après-midi, posés sur des fleurs jaunes de Asteraceae. Pas de spécimens récoltés à la lumière. Temps ensoleillé et venté. Mâles polliniphages.

–-----------------------------------------------

Europtron confusum Marseul, 1878 : 60 (Laghouat).

Europtron confusum Mars. ; Reitter, 1902 : 96.

Europtron confusum Mars. ; Dalla Torre, 1913 : 302.

Europtron confusum Mars. ; Winkler, 1929 : 1095.

Europtron confusum Mars. ( ?) ; Pierre, 1958 : 148 (Tableau XIX).

Europtron confusum Marseul ; Baraud, 1979a : 310.

Europtron confusum Marseul ; Baraud, 1985 : 396.

Europtron confusum Marseul ; Bezdĕk, Král, Keith & Lacroix, 1999 : 400.

Europtron confusum Marseul ; Král & Smetana, 2006 : 201.
Europtron ibericum Balthasar, 1929 : 41 (Hispania : Valencia, 1 ex.).

Europtron ibericum Balth. ; Baguena, 1967 : 326.

E. ibericum ; Baraud, 1977 : 283.

Europtron ibericum Balthasar ; Baraud, 1992 : 570 (bonne espèce).

Europtron ibericum Balthasar ; Bezdĕk, Král, Keith & Lacroix, 1999 : 400 (synonymie).

Europtron ibericum Balthasar ; Král & Smetana, 2006 : 201 (synonyme).
Types.
confusum : Lectotype mâle (7 mm) avec les étiquettes suivantes : Europtron confusum, Laghouat, 78 (étiquette ronde, bleue, manuscrite) // J. B., Laghouat (étiquette ronde, verte, manuscrite) // confusum M. Ab 16.60 Alg // Lectotype // Europtron confusum Marseul, M. Lacroix det. 1999. In MNHN Paris. Désigné comme « holotype » par Baraud (1979), c’est en fait un lectotype.
ibericum : Holotype mâle avec les étiquettes suivantes : Valencia Hispania (imprimée) // Typus (étiquette rouge imprimée) // Europtron ibericum m. (manuscrite) // Europtron ibericum Balthasar, 1929, HOLOTYPUS, David Kral des. 1999 (étiquette rouge imprimée) // Europtron confusum Marseul, 1878, David Kral det. 1999 (imprimée). In NMPC, Musée de Prague (collection Balthasar).
Distribution. – ALGERIE : Laghouat (
J. Dayrem, collection A. Chobaut, 7 ex. / J. Dayrem, collection R. Oberthur, 32 ex. / J. Dayrem, collection M. Pic, 5 ex. / J. Dayrem, 1917, collection Ch. Demaison, 2 ex. / J. Dayrem, collection R. Demoflys, 1 ex., tous MNHN). – Biskra (Dumont, collection de Peyerimhoff, 1 ex., MNHN). – El Goléa (Février 1919, Surcouf, collection de Peyerimhoff, 4 ex., MNHN), Zirara (XI-1918, Surcouf, collection de Peyerimhoff, 1 ex., MNHN).
––-–––––––––––––––-––-–––––––––––––––––––


Europtron gracile Marseul, 1867 : 81.

Europtron gracile Mars. ; Fairmaire, 1868a : 477 (Ouargla, reprise description).

Europtron gracile Mars. ; Reitter, 1902 : 96.

Europtron gracile Mars. ; Dalla Torre, 1913 : 302.

Europtron gracile Mars. ; Winkler, 1929 : 1095.

Europtron gracile Mars. ; Pierre, 1958 : 148 (Tableau XIX).

Europtron gracile Marseul ; Thérond & Hollande, 1965 : 871 (Béni-Abbès).

Europtron gracile Marseul ; Baraud, 1979a : 309.

Europtron gracile Marseul ; Baraud, 1985 : 395.

Europtron gracile Marseul ; Bezdĕk, Král, Keith & Lacroix, 1999 : 401-403 (description femelle).

Europtron gracile Marseul ; Král & Smetana, 2006 : 201.

Europtron Bayonnei Chobaut, 1896 : 413 (2 ex., Ghardaia, VIII-1896, lumière, Bayonne).

Europtron Bayonnei Chob. ; Reitter, 1902 : 96 (synonymie avec gracile).

Europtron Bayonnei Chobaut ; Dalla Torre, 1913 : 302 (bonne espèce).

Europtron Bayonnei Chob. ; Winkler, 1929 : 1095 (bonne espèce).

Europtron bayonnei Chobaut ; Baraud, 1979a : 309 (synonyme, désignation du Lectotype).

Europtron bayonnei Chobaut ; Baraud, 1985 : 395 (synonyme).

Europtron bayonnei Chobaut ; Bezdĕk, Král, Keith & Lacroix, 1999 : 401 (synonyme).

Europtron bayonnei Chobaut ; Král & Smetana, 2006 : 201.
Types. – gracile : Lectotype mâle (6 mm), édéage disséqué et collé sur paillette, avec les étiquettes suivantes : Callicnemis n. sp., (mot illisible), Ouargla dec 67 (étiquette manuscrite ronde, bleue) // Pachydema ou Callicnemis (étiquette manuscrite rectangulaire) // bte Marseul n° 37 (étiquette manuscrite) // gracile. Mars. Ab. 67 ‘81’ Ouargl (manuscrite) // Europtron Mars Ab 67. 82’ (manuscrite, entourée de bleu) // Museum Paris Col. Marseul // Holotype (étiquette Baraud) // Lectotype // Europtron gracile Marseul, M. Lacroix det. 1999. In MNHN Paris. Désigné comme « Holotype » by Baraud (1979). C’est en fait un lectotype.

bayonnei : Lectotype mâle (6 mm) avec les étiquettes suivantes : Ghardaïa, Dr- Chobaut (manuscrite) // Type / Europtron Chob. Bayonnei Chob. (manuscrite) // Lectotype // Europtron bayonnei Chobaut, M. Lacroix det. 1999. In MNHN Paris. Lectotype désigné par Baraud (1979).
Distribution. – ALGERIE : Sud Algérien : Beni-Abbès (1936, Dr. Ducros, collection de Peyerimhoff, 1 ex. / III-1947, piscine, Raymond legit, collection de Peyerimhoff, 2 femelles / VII-1947, piscine, Raymond, collection de Peyerimhoff, 3 ex. / Saoura, avril 1960, collection Hollande, 3 ex. / 10-X-1963, Cl. Girard, 5 ex., tous MNHN). – Ghardaïa (collection Chobaut, mai 1897 : 748 ex. / 1906, collection A. Puton, 3 ex. / 1906, collection L. Fairmaire, 15 ex. / 1919, collection A. de Perrin, 2 ex. / 1922, collection L. Bedel, 5 ex., tous MNHN). – Ouargla, Metlili, El Goléa (1934, L. Chopard, 2 ex. / V-1942, R. Paulian, 19 ex., MNHN).
Discussion. – Parmi le genre
Europtron, seule la femelle de E. gracile est connue (deux exemplaires au MNHN, Paris). Tous les spécimens mâles collectés par Kral (avril 1987) ont été capturés la nuit attirés par les lampes urbaines près des oasis (Béni Abbès (18 ex.), Timimoun (4 ex.), El Goléa (36 ex.)). Ahrens & Zorn (1996) ont cité E. gracile de Sidi Rbat au Maroc. Ce sont en fait des exemplaires appartenant à E. atlanticum.

Historique du genre Europtron

1. 1867 : Marseul décrit Europtron gracile de Ouargla dans le sud de l’Algérie. Aucune indication sur le nombre d’exemplaires récoltés. Il indique que cet insecte ressemble à un petit Callicnemis mais que la structure de la massue ne permet pas de l’inclure dans ce genre. Il précise qu’il a aussi des rapports avec les genres Pachypus et Pachydema. Il conclut qu’il est indispensable de former pour lui un nouveau genre entre les Pachydema et les Callicnemis, dont le nom Europtron est destiné à rappeler son plus important caractère (la massue antennaire).

2. 1868a : Fairmaire  redécrit longuement Europtron gracile Mars. sur des exemplaires de Ouargla.

3. 1878 : Marseul décrit Europtron confusum de Laghouat. Il compare cette nouvelle espèce avec gracile.

4. 1896 : Chobaut décrit Europtron Bayonnei n. sp. du Sud Algérien. Deux exemplaires de ce petit Lamellicorne ont été capturés la nuit, à la lumière à la fin d’août 1896, à Ghardaïa, par M. Bayonne, receveur des Postes et Télégraphes. Ce nouveau taxon est comparé avec les autres espèces. Chobaut déclare qu’il est voisin de gracile mais s’en distingue par la forme plus étroite, la massue antennaire à feuillets plus longs au milieu et le dernier article des palpes maxillaires non tordu en S.

5. 1902 : Reitter, après une courte diagnose du genre Europtron Mars., donne une description de E. gracile Mars. et E. confusum Mars. Il met en synonymie E. Bayonnei Chob. avec E. gracile.

6. 1913 : Dalla Torre reconnaît la validité des trois espèces du genre Europtron : Bayonnei Chobaut, confusum Mars., gracile Mars.

7. 1929 : Balthasar décrit Europtron ibericum n. sp. sur un exemplaire provenant de « Valencia » Patria : Hispania. Il compare cette nouvelle espèce avec E. gracile Mars. et E. confusum Mars.

8. 1929 : Winkler répertorie dans le genre Europtron Mars. : E. gracile Mars., E. Bayonnei Chob., E. confusum Mars. Le taxon Bayonnei n’est pas mis en synonymie avec gracile.

9. 1958 : Pierre cite Europtron gracile Mars. comme fréquent dans les Ergs humides du Sahara Nord-occidental (Tableau XIX) et très fréquent dans les  Nebkas des oueds des Ergs mineurs. Le taxon E. confusum Mars. est seulement cité avec un ? dans le tableau.

10. 1965 : Thérond & Hollande citent E. gracile Marseul de Béni-Abbès (quelques exemplaires attirés par les lumières). Les observations ont été faites en mai 1959 sur l’oasis de Béni-Abbès au cours d’un séjour des auteurs au Laboratoire de l’oasis.

11. 1967 : Baguena indique que les représentants du genre Europtron sont des Pachydemini aberrants. Il reprend la description de Balthasar pour le taxon E. ibericum Balth. en indiquant « Valencia » comme habitat. Il précise que cette espèce ne lui est pas connue et que sa découverte dans la province de Valence est vraiment surprenante. Ayant consulté Balthasar pour qu’il lui indique de plus amples renseignements, celui-ci a répondu à sa requête en lui disant qu’il n’avait pas d’autres indications que celles reportées lors de la description originale.

12. 1977 : Baraud regrette que Balthasar n’ait pu donner aucune précision sur la capture de E. ibericum en Espagne. Il indique qu’il paraît raisonnable d’attendre d’autres captures pour inclure cette espèce dans la faune ibérique.

13. 1979a : Baraud, dans sa révision des Pachydemini de l’Afrique du Nord, admet la synonymie de bayonnei avec gracile. Il désigne un Lectotype pour le taxon bayonnei. Il indique comme holotypes les deux exemplaires représentant les taxons gracile et confusum, bien que Marseul n’ait pas précisé dans ses descriptions le nombre d’exemplaires examinés ni désigné de types. La désignation par Baraud de lectotypes aurait été préférable, mais le Code (Article 74 (b) ) précise que lorsque un holotype n’est pas désigné, le premier auteur subséquent qui publie par déduction qu’un spécimen original est l’holotype ou le type est réputé avoir désigné un lectotype même si un autre ou d’autres syntypes sont découverts par la suite.

14. 1985 : Baraud reprend ses descriptions de 1979 sans changements. Les indications sur les types ne sont pas reportées.

15. 1992 : Baraud, après avoir émis des doutes sur la validité de cette espèce (E. ibericum) ou au moins sur sa provenance (Baraud, 1977), indique que le caractère de la ciliation de tout le pourtour du pronotum indiqué par Balthasar ne se retrouve pas chez les espèces algériennes. Il n’a pu étudier le type de Balthasar, mais a vu, au Muséum d’Histoire naturelle de Genève, un Europtron qui correspond à la description de E. ibericum. Cet exemplaire porte une étiquette « Europtron sp. nov. ? » de la main de Petrovitz et la provenance est Mogador (Maroc). Malheureusement l’édéage, disséqué, a disparu. En conclusion, Baraud pense que E . ibericum peut être une espèce valable mais que de nouvelles captures sont nécessaires pour préciser la répartition exacte.

16. 1996 : Ahrens & Zorn indiquent une nouvelle localité pour Europtron gracile Marseul : Sidi Rbat, 50 km au sud d’Agadir, Maroc.

17. 1999 : Bezdĕk, Král, Keith & Lacroix sont les auteurs d’une révision du genre Europtron. Une nouvelle espèce : atlanticum n. sp. est décrite de la côte atlantique du Maroc sur 15 exemplaires récoltés à Aglou plage, 15 km NW de Tiznit, à Sidi Rbar, 50 km au S. d’Agadir, au SW de Massa. L’individu de la collection Petrovitz ainsi que les individus nommés « gracile » par Ahrens & Zorn (1996 : 16) sont à rapporter à cette nouvelle espèce. Après examen du type, seul exemplaire connu, E. ibericum Balthasar, 1929 est mis en synonymie avec E. confusum Marseul, 1878. La localité-type de ibericum, Valence en Espagne, est plus que douteuse (erreur d’étiquette ?). La femelle de E. gracile Marseul est décrite et illustrée pour la première fois sur deux exemplaires du MNHN. C’est la seule femelle du genre Europtron qui est connue. Un tableau de caractères permet de reconnaître les mâles des trois bonnes espèces. Une carte de distribution du genre indique les localités connues. L'article est illustré par 23 figures.

Europtron gracile

Europtron confusum